Homélie Lundi de Pâques

Félicitations à la Vierge Marie

P. Joseph G. EID

Chers frères et sœurs, quelle belle tradition que de féliciter Notre Mère en ce lundi après la résurrection de Notre Seigneur. Nous la félicitons pour plusieurs raisons. J’en mentionne trois.

La première raison est bien évidente. Nous la félicitons parce que son Fils a vaincu la mort ; Marie peut mettre fin maintenant à son deuil. Deuxièmement, parce qu’à partir de cet acte victorieux tout a bousculé. Et les promesses de Jésus à Marie au pied de la croix se réalisent par sa résurrection. Désormais, Marie est Mère de la nouvelle création. Mère, voici ton Fils. Jésus peut maintenant nous préparer des demeures dans la maison de Son Père, de Notre Père. La sainte famille accueille, à partir de ce moment, de nouveaux membres. Et chaque personne qui prend Marie chez lui et en son cœur peut appartenir à cette belle sainte famille.

D’où cette belle tradition orientale d’appeler les jours de la semaine après la résurrection, le lundi, mardi, etc, des argileux (Al Hiwariyoun) ou des blancs, autrement dit de ceux qui portent le blanc, de ceux qui ont cheminé avec le Christ, jusqu’à sa passion et sa mort, et qui ont été purifiés de par la lumière de la résurrection et de par leur baptême.

Dernier point, nous félicitons Notre Mère pour son immense foi, foi qui s’exprime en ce bel hymne du Magnificat. Ce choix de lire aujourd’hui ce beau chant d’action de grâce que Marie chante après sa visitation à Elizabeth peut nous sembler paradoxal. Pourtant, c’est aujourd’hui même que le magnificat trouve tout son sens. L’esprit de Marie exulte car elle a reconnu l’action salvatrice de Dieu qui s’est accomplie en son Fils. C’est aujourd’hui que nous réalisons pleinement les mots prophétiques du Magnificat de Notre Mère :

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

La résurrection de Jésus n’a-t-elle pas renversé l’ordre établi ? Le pouvoir de se monde n’a-t-il pas été renversé ? Et le Christ, humble serviteur n’a-t-il pas été élevé du gouffre de la mort ?

A travers les paroles de Marie, nous pouvons affermir notre confiance, en Notre Seigneur et en sa promesse qui se réalise aujourd’hui : Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères… Chers frères et sœurs, nous sommes les héritiers de cette promesse. Nous avons toutes les raisons de nous exalter avec Marie ; car nous serons comblés, nous serons rassasiés, et déjà nous pouvons faire cette expérience de la présence de notre Sauveur parmi nous et en nous. Son action salvatrice continue en son église. Soyons en les témoins.

Christ est ressuscité, Christ est ressuscité, Christ est ressuscité.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *