Homélie Dédicace (Sanctification) de l’Eglise

Premier Dimanche de l’année liturgique maronite – Toussaint (à la paroisse)

“Tu es le Christ”, “Tu es Pierre”

P. Joseph G. EID

Évangile du jour

Mt 16, 13-20

Tu es le Christ”, “Tu es Pierre

Chers frères et sœurs, Nous débutons aujourd’hui une nouvelle année liturgique par ce Dimanche de la dédicace de l’église (appelé également dimanche de la sanctification de l’église). Cette célébration fait écho à la fête juive d’Hanoukka. Le roi de Syrie, Antiochus IV Épiphane, avait interdit le culte juif et avait profané le temple de Jérusalem pour le dédier à Zeus, ce qui avait provoqué une révolte conduite par Judas Maccabée et ses frères. Ainsi, Hanoukka, la fête de la dédicace et des lumières, commémore la purification et la redédicace du deuxième temple par Juda Maccabée, en décembre de l’an 164 avant Jésus-Christ.

Une des caractéristiques attrayantes de cette fête, c’est son aspect festif et jovial. Chaque juif est appelé à vivre cette expérience dans la joie. Au début de cette année, nous sommes tous appelés à la sainteté, une sainteté uniquement possible si nous cheminons ensemble dans la joie, une joie opérée par une purification individuelle et communautaire. Nous célébrons également la fête de la Toussaint, commémorant tous les saints qui sont devenus des exemples concrets de courage et d’héroïsme, non pas parce qu’ils étaient sans failles, mais parce qu’ils ont laissé Dieu les sanctifier. La sanctification se manifeste au fur et à mesure que nous est révélée la vraie identité, le visage radieux du Christ qui veut que nous apprenions à mieux le connaître, d’une manière plus intime et plus profonde que le consensus général.

A ceux qui veulent s’approcher de Lui et entrer dans une relation authentique avec Lui, le Christ demande : Pour vous qui suis-je? C’est en essayant de répondre à cette question existentielle que tant d’hommes et de femmes sont devenus des phares-lumière éclairant nos chemins. Nous sommes tous appelés à suivre leur exemple. Certes, chacun de nous a son expérience personnelle avec le Christ, mais nous sommes appelés à répondre en église. Notre réponse de foi ne peut pas rester individuelle. Elle doit s’adapter à la révélation du Père faite à Pierre. Nous apprenons comme Pierre à reconnaître le Christ, Fils du Dieu vivant.

Mais nous reconnaissons qu’à partir de ce moment crucial du dialogue de Jésus avec Pierre, notre foi devient celle de Pierre, celle de l’église bâtie sur Lui, une église qui, malgré nos faiblesses humaines, est plus forte que la puissance de la Mort. Nous sommes amenés à cultiver cette confiance en Pierre, non pas à cause de ses qualités particulières ou de ses vertus extraordinaires, mais grâce à la parole du Christ qui nous assure que tout ce que Pierre aura lié sur terre sera lié dans les cieux, et tout ce qu’il aura délié sur terre sera délié dans les cieux.

Chers frères et sœurs, nous prions Notre Seigneur pour que nos cœurs s’ouvrent à l’action de l’Esprit Saint qui manifeste ses dons en vue du Bien, comme le rappelle St Paul dans sa première lettre aux corinthiens. Nous nous reconnaissons faibles, mais nous admirons en nous, et dans les autres, les grâces que Dieu a déversées en chacun et en son église pour notre sanctification et pour le salut du monde.

A Notre Seigneur la gloire pour les siècles des siècles.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *